La protection solaire nous concerne tous

A qui est-il conseillé de se protéger du soleil ?

A tout le monde.


Aux enfants, mais aussi aux adultes ; car si les parents veillent de plus en plus à la protection de leurs enfants, ils ne sont néanmoins pas suffisamment prudents pour eux-mêmes.

 

Si l'exposition solaire a des effets bénéfiques pour le corps humain (synthèse de vitamine D, effet calorique et anti-inflammatoire, action anti-dépressive, amélioration de certaines dermatoses), les conséquences néfastes des surexpositions ne doivent pas être sous-estimées. En effet, le soleil est responsable du vieillissement prématuré de la peau en cas d’expositions trop intenses au soleil et de l’apparition de cancers de la peau.

Maladies déclenchées par l’exposition au soleil :

Il s’agit principalement des carcinomes et mélanomes.

  • Les carcinomes :

Directement liés à des expositions répétées au soleil et à l’accumulation de dommages dans certaines cellules de la peau (kératinocytes), ils apparaissent préférentiellement sur les zones exposées au soleil comme le visage, l’arête du nez, le cuir chevelu et les oreilles.
Les relations entre exposition aux ultra-violets (UV), type de peau et carcinomes peuvent être résumées de la façon suivante : le risque augmente (x 2 à 3) chez les sujets à peau claire, bronzant peu et ayant été exposés aux UV pendant l'enfance ; pour les carcinomes spinocellulaires, la durée d'exposition joue un rôle important.

  • Les mélanomes :

La pigmentation de la peau et la réaction à l’ensoleillement constituent deux facteurs de risque importants et clairement établis par les études épidémiologiques dans la survenue d’un mélanome. La relation "exposition-effet" est complexe, donnant aux expositions intermittentes mais intenses un effet plus nocif que celui d'une exposition permanente mais progressive.

Le mélanome se développe principalement chez les personnes à peau claire qui s’exposent de façon irrégulière (au cours des vacances) et sujettes à des érythèmes solaires (coups de soleil). La relation entre exposition solaire et mélanome se modifie au cours de la vie.

Ainsi, la surexposition dans l’enfance, avant la puberté, augmente les risques de développer un mélanome à l’âge adulte. L'aptitude ou non à bronzer et les variations d'intensité d'exposition permettront ensuite à certains d'être plus ou moins protégés. L'utilisation de crème solaire par des sujets sans capacité de bronzage augmente leur risque car elle leur permet de prolonger leur exposition en supprimant le coup de soleil, véritable sonnette d'alarme.

Enfin, chez les sujets ayant acquis un bronzage, le risque peut augmenter avec la durée d'exposition.

En matière de protection solaire, tout se joue avant 15 ans.

Une mauvaise protection avant cet âge aura de lourdes conséquences pour leur santé à l'âge adulte.

  • Les porphyries :

C’est une maladie héréditaire due à un problème de synthèse de l’hémoglobine, la protéine des globules rouges du sang et qui sert à fixer l’oxygène. L’exposition au soleil provoque des réactions de la peau de type rougeurs ou éruptions cutanées. Eviter le soleil qui provoque les crises est alors une obligation.

  • La lucite :

Il s’agit d’une inflammation de la peau qui est déclenchée par l’exposition de la peau au soleil. Elle survient lors des premiers rayons de soleil de l’année sur les zones découvertes : des démangeaisons et des petits boutons apparaissent, ressemblant à de l’urticaire . Elle existe sous 3 formes : la lucite hivernale et la lucite estivale qui partent toute seules ; cependant la lucite polymorphe peut évoluer vers des maladies comme le prurigo, l’eczéma et le lichen.
Ces 3 formes de lucite peuvent être évitées par une bonne protection des zones exposées au soleil.

  • L’urticaire solaire :

L’exposition au soleil (ou parfois seulement à la lumière du jour) provoque l’apparition de plaques rouges qui démangent énormément ; cela peut être extrêmement contraignant dans la vie de tous les jours puisqu’une exposition de seulement 15 minutes suffit à le déclencher.

  • Le xeroderma pigmentosum :

Le XP se caractérise par l’apparition, dès les premiers mois de vie, de rougeurs sévères (de type coups de soleil) après une exposition, même minime, au soleil. Ces brûlures ne cicatrisent pas bien et peuvent persister plusieurs semaines. De nombreuses « tâches de rousseur » apparaissent sur le visage et le cou. Ce sont des lésions pré-cancéreuses qui dégénèrent en cancer de la peau si elles ne sont pas traitées. Chez les enfants atteints de XP, l’apparition de cancers cutanés peut survenir dès l’âge de 2 ans (et généralement avant 10 ans).

  • L’albinisme :

Les cellules de la peau sont incapables de fabriquer la mélanine, la peau est donc sans aucune protection face aux UV, ainsi que les yeux.

Maladies aggravées par l’exposition au soleil :


La photosensibilité est aussi spécifique à certaines maladies ; la peau sera extrêmement sensible au soleil, provoquant des coups de soleil inhabituels.

C’est par exemple le cas des maladies suivantes :

  • Le lupus :

L’exposition au soleil provoque des éruptions cutanées rouges en particulier sur les mains, la poitrine, les coudes. Les rayons ultraviolets peuvent déclencher une poussée ou aggraver les symptômes présents. L’exposition au soleil entraîne en effet la mort de nombreuses cellules de peau, qui « libèrent » leur contenu, déclenchant ainsi une réaction forte du système immunitaire. Une protection par les vêtements et les chapeaux est d’une grande aide physique et morale au quotidien.

  • Les éruptions médicamenteuses :

Divers médicaments peuvent provoquer une réaction au soleil, tels que des antibiotiques, des anti-inflammatoires, des tranquilisants, …

Les éruptions cutanées suite au contact avec une crème, dont l’exposition au soleil provoque des sortes de brûlures et des tâches sur le peau. Dans ce cas, toute personne utilisant ce produit sera concernée par cette réaction.

  • L’herpès solaire :

Certaines personnes ont une poussée d’herpès suite à l’exposition au soleil.

  • Des maladies de peau telles que l’acné, la rosacée, la dermite séborrhéique

  • Le vitiligo :

C’est une affection de la peau consistant en une perte de pigmentation (dépigmentation), ce qui donne une couleur blanche à la peau. Des cellules présentes dans la peau produisent la mélanine,  pigment qui donne sa couleur à la peau, des cheveux et des yeux. La destruction de ces cellules empêche la production de la mélanine, et les cellules de la peau semblent blanches ; en plus de donner sa couleur à la peau, la mélanine protège aussi la peau contre les effets du soleil. Une absence de pigmentation dans la peau augmente donc le risque de sensibilité au soleil dans les zones touchées. Le vitiligo accroît les risques de coup de soleil et de cancer de la peau.

Accidents dans la vie qui obligent à changer son comportementvis-à-vis du soleil :

  • Les brûlures et les cicatrices :


Un accident domestique peut être à l’origine d’une brûlure ; à la suite des soins médicaux voire chirurgicaux nécessaires, une attention indispensable pendant et après la cicatrisation des plaies doit être apportée à la peau : en effet, la peau est alors fragilisée et doit être impérativement protégée de manière efficace du soleil, pendant plusieurs années sous peine de mauvaise cicatrisation et de pigmentation disgracieuse de la peau.

Une cicatrice, quelle qu’en soit l’origine, doit être également protégée du soleil. Exposer ses cicatrices au soleil peut être dangereux. En effet, la peau des cicatrices ne réagit pas de la même manière que la peau "normale". Les cellules prolifèrent plus rapidement et secrètent plus de mélatonine, le pigment qui permet à la peau de bronzer. Ainsi, la cicatrice va bronzer plus que la peau normale et plus grave, cette pigmentation est généralement définitive. La cicatrisation de la peau est un processus évolutif et long qui dure en général plusieurs mois voire plusieurs années, il est donc important de s'en souvenir au moment de s'exposer au soleil.

Dans ces 2 cas, se protéger du soleil et éviter un effet néfaste du soleil sur la peau blessée permettra de vivre mieux psychologiquement ces accidents, afin que leur gestion émotionnelle n’en soit pas plus difficile.

Quelle que soit sa couleur, notre peau est fragile et a besoin d'être protégée.

  • Traitement hormonal :


Les femmes qui suivent un traitement hormonal doivent absolument se protéger du soleil. En effet, des effets désagréables, tels que l’apparition

de tâches brunes sur le visage, peuvent intervenir. Outre l’aspect psychologique lié à la prise de ces traitements, ces tâches visibles apportent une souffrance supplémentaire. D’où la nécessité de bien se protéger pour mieux vivre ce moment.

       La meilleure arme : la prévention, donc la protection solaire     

Le rôle des UV et l’importance du type de peau sont suffisamment connus pour envisager des actions préventives.

Chaque personne doit apprendre à doser son exposition solaire en fonction de ses caractéristiques cutanées personnelles et familiales et de son lieu d'habitation.

De plus, il est primordial de protéger ses enfants en leur apprenant à porter un chapeau, des vêtements anti-uv et des lunettes. Et votre tâche sera d’autant plus aisée que vous aussi, porterez chapeaux, vêtements anti-uv et lunettes.

Les vêtements sont conçus pour être agréables à porter, ils sont à la mode et aux couleurs tendance. Votre tâche sera d’autant plus facilitée quand il faudra convaincre vos enfants de les porter !